FC Franconville

Joie, détente, plaisir et compétitions


Timothée Taufflieb met le FC Franconville à l'honneur

Timothée Taufflieb met le FC Franconville à l'honneur

Au Stade est allé à la rencontre d’un jeune homme pétri de talent, dont le nom vous est peut-être familier. Et pour cause: Il a réalisé un rêve de gosse lors de la saison dernière: celui de fouler la pelouse du Parc des Princes avec le PSG. Cet homme, c’est Timothée Taufflieb. Il nous a accordé quelques minutes de son temps, pour revenir notamment sur ces merveilleux souvenirs, et évoquer ses ambitions avec l’US Quevilly. Interview.

Pour commencer, Timothée, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour aux lecteurs, je m’appelle Timothée Taufflieb, j’ai 23 ans (né le 1er décembre 1992). J’ai grandi à Franconville, dans le Val d’Oise, où j’y ai passé ma scolarité au lycée tout en jouant au football depuis mes débuts au FC Franconville. Côté physique, je suis un petit gabarit, je mesure 1m72 et pèse 75 kg. Au niveau du football, je suis un joueur offensif, je peux occuper les postes d’attaquant, ailier ou encore en soutien de l’attaquant. Ma particularité est l’explosivité.

Bien évidemment, nous allons revenir sur ce qui doit être ton plus beau souvenir en tant que footballeur. Je parle bien sûr de ton entrée sur la pelouse du Parc des Princes, le 16 avril 2016 face à Caen (victoire 6-0 du PSG). Quelles émotions traversent ton esprit quand tu écoutes le speaker annoncer ton entrée, et le public scander ton nom ?

Il n’y a pas de mots pour exprimer ce genre d’émotions… C’est un sentiment incroyable que tout footballeur aimerait vivre. Ceci dit, je savais pourquoi j’étais là puisque j’ai beaucoup travaillé pour arriver jusqu’ici. Je commençais à me mettre cette idée en tête une semaine avant puisque le coach Laurent Blanc m’avait appelé dans le groupe qui affrontait Guingamp. Mais je n’ai pas eu la chance d’entrer en jeu au stade du Roudourou. Mais c’est vrai qu’entrer au Parc des Princes m’a procuré un sentiment incroyable, avec en plus toute la famille dans les tribunes pour me soutenir. Énormément d’émotions surtout quand 45 000 spectateurs scandent ton nom, ça donne la chair de poule… C’est quelque chose qu’on aimerait vivre tous les jours donc je vais tout faire pour le revivre.

Retrouvez la suite de l'interview : Cliquez ICI

Participer au site : news photo video
avatar Se connecter